mardi 30 octobre 2012

Favourite Game

Le jeu vidéo a fait beaucoup de progrès.

Bon à part passer du 8-bit à la HD, il s'est quand même émancipé et s'est bien adapté à chaque individu, si je peux me permettre.

(on mettra de côté la rancoeur et la méprise que j'ai envers les journalistes et autres haters qui disent que le jeu vidéo, c'est le mal)

Mais il se passe un truc que je ne comprends pas.

Il y a cette hâte, cette course, ces petites querelles sur les performances et aptitudes des consoles qui a pris beaucoup d'ampleur. Ce n'est plus seulement du "ah tiens, telle console est plus performante que l'autre", mais "cette console est la meilleure, le reste, c'est de la merde".

Comparer les performances des consoles, avoir sa favorite, a toujours été de mise. Mais je ne comprends pas qu'on en vienne à haïr la console (le marketing peut-être?) et les jeux qui sortent dessus, enfin pour les jeux, surtout les exclusivités.

Donc des jeux qui ne seront jamais joués par ces personnes sont d'emblée qualifiés de "merdes" car ils sortent sur une plate-forme qui n'est pas appréciée. C'est un peu dommage pour eux quand même, c'est comme recaler quelqu'un à un entretien car sa tête nous revient pas, alors que c'est sûrement quelqu'un de compétent.

Puis ensuite...

"-Il faut que je joue à Resident Evil 6.
-Quoi, tu l'as toujours pas fini?"

Entre la guerre des consoles se trouve la course aux jeux. Cette course entre joueurs passionnés pour finir le jeu en premier.

Il n'y a plus de passion pour les jeux, de les découvrir et de prendre le temps de les apprécier. Il ne s'agit que de temps, de performances et de courses. Sans doute à cause de ce nouveau marché du DLC et des portages HD. On ne prend plus le temps de rien, ni pour peaufiner un jeu, son scénario, ses personnages, et encore moins sur les heures de jeu, ni pour apprécier, regarder et se délecter de ces jeux que nous avions tant attendu.

Le temps des 100 heures de jeu dépassées ou des secrets débloqués est bien fini. En plus de se contenter que du réchauffé, on le consomme à une vitesse alarmante...

Un fast-food du jeu vidéo? Quel triste avenir...

jeudi 4 octobre 2012

En voie d'apparition

Bon, qu'on se le dise, on a chacun nos défauts.

Nous les jeunes, on est trop des insouciants qui aimons vivre au jour le jour avec des expériences inédites et surtout vivre sans limite.

COUCOU LE CLICHE.

De plus en plus de jeune veulent vivre en étant certain de leur avenir.

Mais je suis pas là pour parler de ça, je vais parler d'une espèce en voie d'apparition: le vieux.

Le Vieux (ou personne âgée pour les gens polis).

Le Vieux a ses petites habitudes qui, quand elles sont perturbées, le mettent dans tous ses états. En général, ce sont des reproches, traitant les gens d'incapables ou de bons à rien. Car oui, nous on est pas vieux, on est pas à la retraite, donc forcément on est jeune et en bonne santé, alors il n'y a aucune raison à ce que le magasin ouvre à midi au lieu de 9:00, et que bon, c'est quoi l'inventaire?

Le Vieux et sa condition nous ont été inculqués dès notre plus jeune âge: respect, politesse, et priorité leur sont dus. Mais voilà, le Vieux, c'est comme les petits enfants, quand on leur en donne trop, ils agissent comme des enfants gâtés, et oublient eux-mêmes ce qu'est le respect et la politesse. Et après le Vieux, il s'étonne que les jeunes soient malpolis. Le Vieux, il réclame sa place prioritaire dans le bus sans dire "bonjour", "s'il vous plaît" et "merci". Il s'imagine qu'il est tout seul et que tu n'as pas autre chose à faire que de faire ses courses à sa place quand tu es seul en magasin.

Le Vieux aussi, il aime se plaindre et se complaire dans son malheur. Mais il aime par dessus tout râler. Il aime geindre et critiquer à haute voix que, dis-donc, les filles de nos jours savent pas s'habiller. Il adore venir trente minutes à l'avance et traiter les gens d'incapables et de feignasses quand le magasin ou le bureau de poste ouvre à l'heure pile ou avec une minute de retard. Dans l'autre sens, il déteste quand le magasin ferme à l'heure car "oh bah dis donc, vous, quand c'est l'heure, c'est l'heure". Il le dit avec un ton lourd de sous-entendus et plein de reproche. Car oui, nous les Jeunes, c'est bien connu que nous aimons l'argent facile et nous sommes par dessus tout des grosses feignasses qui attendons que ça nous tombe tout fait dans la bouche.

Le Vieux sait ce que la société lui doit et ne manque pas de le rappeler. Je ne parle pas ici d'argent, car oui, le Vieux aussi peut être pingre, il est capable de dépenser des fortunes pour des choses futiles et hurler au scandale quand il faut porter ses achats dans un sac plastique recyclé à trois centimes. Je parle de devoir moral. Il sait qu'il est prioritaire et ne manque pas de le faire savoir. Le Vieux, il aime que tout lui soit servi sur un plateau car bon, j'ai vu, j'ai vécu, ma vie est derrière moi et j'ai assez fait d'efforts dans ma vie, hein.

Le Vieux est mauvais car il est dépendant de nous.

Mais ne vous en faites pas, hein. Il existe des petits vieux adorables, généreux, qui aiment encore profiter de la vie et aller de l'avant. Et ceux-ci, toujours, même s'ils ne nous connaissent pas, nous disent toujours que nous sommes bien gentils et qu'il est agréable de voir quelqu'un sourire.

Car oui, un vieux gentil et poli, ça donne envie de sourire et d'être poli avec lui.

dimanche 15 janvier 2012

Still Alive

Salut.

Ouais, je sais.

Aucune publication depuis le 14 Novembre. Ca craint. Mais je ne suis pas habitée par la fibre blogueuse, c'est comme ça.

Entre temps, y'a eu des trucs. On a eu des cadeaux, des amis (en plus ou en moins) et plus si affinité, des tranches de rire, des déceptions, des memes, des tweets, et même la fève.

Mais voilà, je dois avouer quand même que j'ai du mal à conjuguer vie sociale et l'idée d'avoir un blog. J'sais pas.

Mais bon. Passons.

(et je peux même pas prétexter que c'est pour la Science, car j'suis pas scientifique)

Je suis toujours en vie donc, et je reviens avec pas grand chose, mon pack de précommande pour Final Fantasy XIII-2 m'a été privé de ma personne en raison du fait que, quand j'ai fait la réservation, ils en avaient pas, et impossible de revenir dessus. Alors il dort tranquilou dans un Games avec "ATTENTION ne pas vendre ni donner à un autre client".

Beaucoup de jeux vont sortir ce trimestre (et EVIDEMMENT TOUS EN MÊME TEMPS c'est-à-dire à la fin du trimestre), c'est donc assez difficile de revenir dessus.

J'en profite donc pour me mettre à jour (non, je ne suis pas un Cybermen, ne me tuez pas). Aussi bien en série qu'en anime et jeux.

lundi 14 novembre 2011

On est tous des Chuck Norris.

Voilà un débat qui m'entretient et anime ma rage depuis plusieurs années.

La place des jeux vidéo dans la société.

Qu'on se le dise... Il a fallu une décénie à notre belle France pour réaliser que le jeu vidéo est une culture, un art à part.

Cependant, ce n'est pas sans peine que notre charmant gouvernement a "accepté" le phénomène du jeu vidéo dans sa culture. A commencer par renommer le Cosplay "Costumade" (ce n'est pas une blague, malheureusement).

La chose est que les jeux vidéo sont stigmatisés.
Grand mal de la société, qui fait de notre progéniture des bons à rien scotché à leurs machines, du coté des parents.
Du coté de la politique, les jeux vidéo sont des messages de propagande, faisant de nous des futurs soldats, des gros nazi psychopathes prêt à entacher la république et à foutre un sacré bordel dans les rues.

Oui, le jeu vidéo, quand il passe à la TV, c'est rarement pour être la cible d'éloges. Vulgarisé de manière dégradante dans les JT du soir, présenté comme un diagnostic aussi grave qu'un cancer ou une tumeur au cerveau en phase terminale (ambiance Confession Intimes... Genre "Il ne quitte plus sa console, et s'en branle que je me barre")... Le jeu vidéo a rarement une place convenable dans le monde des médias. Torché à la TV (car les gens savent de moins en moins lire, et ont aussi de moins en moins la patience de lire), le jeu vidéo devient le Satan Nouvelle Génération.

Un fait récent m'a mit en mode Fury comme pas possible.
Vous vous souvenez du tueur fou de Norvège qui a décimé une importante partie de la population d'Oslo ainsi que son gouvernement?
Voici comment il a été présenté: "NOUS avons pu voir quel genre de personne c'était" et là VLAN, le JT montre une page facebook. Nice la recherche. La voix-off continue: "Il indiquait être un Néo Nazi et était un grand fan de jeu vidéo"

Voilà. Et ce n'est pas le seul présenté ainsi. Tous les jeunes violents passant à la TV, il est obligatoire de dire qu'ils jouent à la console.

Nan mais GENRE PES ou FIFA ça rend violent.

Petits geeks/geekettes/nolife/otakus que nous sommes, car si le jeu vidéo ça t'apprend à devenir un futur Hitler, les mangas apparemment détiennent les Sept Péchés Capitaux, nous sommes transformés en potentiel soldat au cerveau lobotomisé bourré d'idéaux malsains et d'idées perverses. Aucune approfondissement sur le sujet, les médias choisissent leurs images et traite le jeu vidéo comme une maladie, pas comme un épanouissement.

Cependant, je ne nie pas qu'il existe en effet de réels symptômes dangereux avec le jeu vidéo: addictions, traumatismes, passivité... Mais comme tout, ce n'est pas le cas de tout le monde, et il serait temps de faire la distinction entre l'addiction et la passion. Serait-ce encore une réaction de rejet face à l'étranger? Car tout ce que le gouvernement ne connaît pas et ne maîtrise pas (c'est-à-dire beaucoup de choses), il le stigmatise, et tout y passe à la TV.

Heureusement que Ubisoft et Infogrammes ont su concilier ce phénomène...

Car qu'on se le dise, voir un documentaire prôner que le jeu vidéo, c'est la peste, avec comme fond musical l'intro de Final Fantasy X, c'est bien risible. Car oui, la TV elle aime pas trop les jeux vidéo, mais elle kiffe mettre des OSTs dans leurs reportages. Ca fait un peu saigner les yeux et les oreilles...

Depuis le phénomène passe un peu inaperçu et de toute façon devient de moins en moins existant, mais toujours présent. On se permet de dire que les jeux vidéo rendent violent et tue l'imagination, alors que dehors, des gens chantent des chansons racistes et diffusent des idées absolument aberrantes. On critique les jeux, mais pas la chanson française qui est en constant déclin depuis plusieurs années. Ces chansons qui diffusent des paroles violentes, incitant à la haine, l'intolérance et à la guerre... Ca on s'en branle, hein.

Alors faites attention... Car en chacun de nous, qui usons et abusons des consoles, sommeil un Chuck Norris capable de vous tuer à coups de Headshots via la Wiimote. On cache dans nos bureaux des idéaux anarchiques tels que la pauvreté c'est nul, et que Mario serait sûrement un meilleur Président.

Sauf que nous, bah la guerre, les headshots et les meurtres, on préfère les faire dans les jeux. Pas en vrai.

Puis persos, je deviens plus violente quand j'entends du Christophe Maé que quand je joue à Call Of Duty (d'ailleurs Modern Warfware 3 est pas mal)

mardi 18 octobre 2011

Adopte dans une poubelle (.com)


Suu Suu!

Nan parce-que bon, la Paris Games Week approche et j'ai pas beaucoup de choses à dire.
Mais j'ai une anecdote marrante que tellement je la raconte, je me dois de l'écrire et de la publier.

Ca s'est passé avant les Grandes Vacances... Conseillée aimablement par une amie, je suis allée... SUR UN SITE DE RENCONTRES.

(oui je sais, honte sur moi...)

En plus j'ai du y aller seule, parce-que la demoiselle qui m'a forcé recommandé ce site m'a sorti un "naaaan mais je peux paaas y'a une tarée de ma ville que je connais qui me surveille et que si elle me voit sur le site, tout le monde va savoir et bon ça se fait pas hein".

M'enfin, le fait est que je me suis retrouvée inscrite sur Adopte Un Mec. Quand je fais un truc foireux, je le fais pas qu'à moitié.

Le principe du site: au supermaché du mâle, avec ou sans recherche avancée, tu places des hommes dans ton caddie, histoire de dire aux autres filles que nan, ce mec m'intéresse et que même j'vais le pécho avant toi. Et du côté des machos hommes, tu fais savoir à la demoiselle qu'elle t'intéresse beaucoup en lui lançant un "Charme", que la demoiselle choisit d'accepter ou d'envoyer chier. Le tout est sur fond de points, car plus les mecs consultent ton profil et t'envoient des charmes, plus t'obtiens de points, et donc tu prends de la valeur...

Mouais...

C'est marrant on me pose tout plein de questions, je peauffine mon profil, trois photos et je définis le profil du mâle recherché. En plus, dans le mâle recherché, bah on a des questions également sur le physique recherché. Tu te dis que kewl, ça va être rapide!

J'ai établi en gros le profil du parfait geek, genre le mec sait parler le Final Fantasy, le Gears of War ou le Portal, qui sait qui est Odin ou Osiris et  qui est approximativement de mon âge.  Puis physiquement, j'ai fait une commande pas particulière non plus: grand, pas bodybuildé, aucun appriori sur la couleur des touffes et encore moins sur les orgines du futur homme de ma vie.

J'ai cru au Père Noël vous allez me dire...

Au bout de trois jours, j'en conclus que:
-Le site a de la merde dans les yeux.
-Le site relève plus exactement du bordel.

Moi qui demandait un prince charmant à lunettes, qui m'emmènerait sur son Chocobo me promettant une belle vie, me retrouve requestré par tout un tas de mecs, tous les mêmes: le total opposé de ce que j'ai demandé.

Soit des beaufs, tous crâne rasé ou cheveux tombant telle une serpillière imbibée de gel oscillant entre carrure trop importante qui menace de te briser la nuque et graisse informe bien huilée ambiance "BG des vacs quoi". Tous ont minimum 10 ans de plus que moi, sont fans de tuning, de RAP, de Secret Story, de Foot et de l'alcool entre potes avec soirées bien arrosées.
Leurs profils, en plus d'avoir une accroche douteuse, transpirait le sexisme ambiance "T'es trop ma princesse mais seulement quand tu fais la vaisselle".

L'espace d'un instant, je me demande ce que j'ai fait au Destin pour mériter une telle injustice.

Puis ensuite est venue la question "mais qu'est-ce que fout le site bordel?" C'est vrai quoi, le titre "Adopte Un Mec" en plus de son fonctionnement laisse à penser que c'est la femme qui est un peu la reine ici. Enfin je m'imaginais un truc genre la SPA ou une animalerie.
Bah non, c'est l'équivalent de se faire siffler par tout et n'importe quoi dans la rue. Des hommes ne correspondant pas à ton profil et/ou à tes recherches sont alors autorisés à te lancer des charmes, à entamer la conversation avec toi. Donc dire sur ton profil "Je veux un mec blond 1m85 qui lit Baudelaire" ne fait pas barrage à la racaille qui fait 1m60 qui ne sait même pas qui est Molière. Alors à quoi bon questionner les filles sur ce qu'elles cherchent si c'est pour au final se retrouvé "accostée" par n'importe quel gusse?
C'est faire croire aux filles qu'elles ont un semblant de pouvoir de séduction, mais au final elles ne sont que les marchandises.

Et de ce court moment sur ce site, il y a eu deux perles:

-Un vieux de 61 ans me lançant un charme avec pour biographie "je suis en manque de tendresse et de sex". Et même après l'avoir recalé, il a continué. Je comprendrais jamais ce concept de persistence. Mon profil disait "un gamer", pas un "vieux croûlant". Donc en plus d'être sujet à des rencontres peu fructueuses, il n'y a aucune distinction entre ceux qui cherchent une relation sérieuse et un trou à fourrer.

-Un garçon... Hum... J'avoue l'avoir "ajouté dans mon caddie" et on a commencé à parler. On a discuté puis j'apprends qu'il habite sur Paris. Cool, on va pouvoir faire connaissance dans un Starbucks. Le rendez-vous est pris, les numéros sont échangés.

Et là, en une soirée SMS, on est passé de "ah ouais alors tu fais quoi dans la vie?" à "quelle est ta position préférée?"
L'envie de l'envoyer chier sévère m'a effleurée, mais j'ai tenue bon et me suis dit dans matête de Bisounours que naaan, tous les garçons ne pensent pas qu'avec leur petite bite.

Ben Bisounours que je suis, j'ai eu tort.

Retrouvailles sur le quai, le garçon relativement potable sur photo devient le nabot qui pue à la machoir cheloue bien en avant. Il parle, me racontant sa vie dont j'en ai rien à branler et je m'aperçois que c'est un connard qui n'est pas parisien.
Le plus traumatisant étant qu'il faisait ma taille (soit 1m51)...
Il me dit la bouche en coeur que, bon, le Starbucks est fermé, bah on va chez lui, pour pas glander et choper la crève, hein (en été, donc).
Je me sens mal, la gerbe revient (car c'té en période de post-rupture) et je sens venir gros comme une maison que ce garçon a une bite molle à la place du cerveau. Et voilà comment confirmer mes certitudes:

Moi: Tu te souviens de mon nom? Car j'ai mis le tien dans mon répertoire...


Lui: Oui bien sûr c'est... euh... Beuh... Tiens sur mon portable c'est écrit "Geekette".


Moi: ... connard

Voilà la clé du mystère: "Geek(ette)"
Parce-que c'est la mode du moment, et que comme c'est tendance, tout le monde s'y essaye. C'est à la fois mignon et risible de voir des nanas aborder fièrement des fameuses Ray Ban Vintage, grosse monture noire, s'auto-proclamer "Je suis trooop une Geekette" mais être aussi calée en culture vidéoludique et culture générale qu'un participant de Secret Story.

Chez les filles, "Geekette" est une tendance, une mode. Chez les hommes, "Geekette"est juste un vagin à fourrer qui comprend le langage Battlefield.

Bah oui, pensant faire comme il fallait de dire que j'ai une dizaine de console et que j'ai à mon effectif 65 RPGs finis, je n'ai fait qu'en réalité animer la bête sexuel qui sommeillait en chacun de ces mâles en rut qui ont voulu m'approcher. Car une Geekette dans son pieu, c'est juste trop hype quoi. Se taper une gonzesse hyper bonne qui ferme sa gueule et que sous prétexte qu'elle est geekette, il est possible d'abuser des consoles sans qu'elle dise "la console ou moi!". Car pour ces hommes trentenaires, voir plus, qui abordent des T-Shirts OM ou Portugal, qui ont pensés pouvoir ne serait-ce m'adresser la parole et encore pire sortir avec moi, ils s'imaginent "geeks" sous prétexte qu'ils jouent à la PS3...
... Mais à Pro Evolution Soccer et/ou FIFA aussi... Mais ça ils ont pas l'air de comprendre que c'est absolument pas geek. M'enfin FIN DE LA DIGRESSION.

Ce charmant laideron s'imaginait pouvoir pécho de la geekette. On arrive chez lui, donc, et je prends en otage ses toilettes. J'y reste longtemps, le temps de ravaler les jurons et les "JE LE SAVAIS" que j'avais envie de hurler avant de me tirer en courant.

De retour dans son petit appart' d'étudiant, le gros thon me propose aimablement de m'asseoir et me demande si je veux boire. Je refuse, il persiste. Je refuse encore, il persiste encore. Je lui dit "OK mais tant pis si je gerbe sur toi et ton canapé". Il refuse.

Il s'enfile des gorgées de Coca-Cola à même la bouteille (et il voulait me servir à boire) et s'asseoit au milieu du canapé (j'étais à l'extrémité gauche de se dernier). On discute, enfin... JE discute, forçant la discussion en racontant ma vie ou en le questionnant car je voulais retarder ce qui finalement tombe au bout de 5 minutes:

Lui: Ne reste pas au bout du canapé, tu vas tomber.


Moi: Ah mais non, je suis bien là.


Lui: Nan mais (tente de roter discrètement, mais raté) c'té un message subliminal pour te dire de te rapprocher de moi.


Moi:... Pardon?


Lui: Bah oui, on va coucher ensemble, non?

Il n'y a pas que le site qui fait fi de tes préférences, visiblement.

Ce trou du cul qui n'a pas tiré depuis Janvier, s'imaginait déjà me pécho après le verre. Mésentente totale de sa part. Je soutiens le naaan, mais on devait juste boire un verre et discuter. Il relance la proposition à base de "ouais mais bon pas de relations et tout, c'est le pied nan?". Non, se faire avoir et faire l'amour avec un mec platré de gel dans les cheveux, la machoir en galoche, qui mesure pas plus du mètre cinquante et qui pue, NON, ce n'est pas le pied. Je persiste dans mon refus, c'est alors qu'il me carresse le bras.... Cette fois je tourne la tête, gênée et enragée, c'est alors qu'il m'embrasse le bras...

Je cède à la panique, je persiste dans le refus et me réfugie aux toilettes, ravalant une fois de plus les insultes et les remarques et ma bile. Je reviens, il soupire, je présente de fausses excuses et des phrases insinuant "ouais ok tu tires pas mais t'es con aussi de croire que boire un verre signifie tremper ta mèche dans le verre humide et chaleureux d'une fille". Et là, c'est du grand art:

Lui: T'es pas la seule à me mettre un rateau... Qu'est-


Moi: Un rateau? Mais on sort même pas ensemble, steuuuplé.


Lui: Ouais mais refuser une proposition pareille, t'appelles ça comment?


Moi: Être digne et ne pas se faire sauter par le premier venu, mais t'as pas l'air d'avoir de la considération pour les filles Bah... Un refus, un vent... Mais tu dis pas rateau, car je te connais de nulle part, on ne sort pas ensemble, et tout vient de toi.


Lui: Oui, bon, mais qu'est-ce que j'ai pour que les filles me repoussent... Je suis si moche que ça?


Moi: Si tu savais... Se faire sauter par un laideron d'un mètre vingt n'est pas le fantasme d'une majorité de filles... Je n'en sais rien mais pour moi en effet, t'es absolument pas mon style de physique. (je sais pas lequel des deux est le pire au final)

Puis on a "discuté". C'est-à-dire l'entendre soupirer quand on parlait de culture générale, me chanter à tout va que l'actualité du net il en a rien à branler car bon, il peut toujours télécharger sans se faire prendre et que l'actualité tout court ne l'intéresse pas car ça se passe pas chez lui ou ça le concerne pas donc il en a rien à branler.

Il m'a juré me rappeler. Mais à peine les adieux faits (sans la bise) j'ai supprimé son numéro.

Il a du faire de même, vu que je n'ai plus aucune nouvelle.

Tant mieux.

Moralité:  Adopte Un Mec, c'est le 4Chan des sites de rencontres. Alors si tu as une idée précise de ce que tu veux, et que tu veux que ça soit modéré, va partout sauf ici.

C'est un énième dépaaart!

Coucou la population!

 Oui j'ai ENCORE changé de blog, d'adresse et tout... Mais demeurant une éternelle insatisfaite, le dernier avait bénéficié d'une absence trop longue et d'un manque de matière flagrant. Car je n'arrête pas de me dire qu'un blog doit être spécialisé dans quelque chose, mais non. Au final, un blog, on met ce qu'on veut dedans. Un blog, c'est un peu comme la poubelle qu'il y a sous notre bureau, on y fourre tout et surtout n'importe quoi.

 Pour ceux qui me connaissent pas encore (ce qui m'étonnerait fortement), je publie des messages plutôt bref sur tout et n'importe quoi. D'une lamentation sur "qu'est-ce que je vais faire de ma vie" à un commentaire sur le dernier trailer de Final Fantasy XIII-2. Car tout le monde le sait, je suis mi humaine, mi console. Le tout en passant par des coups de gueule, des expériences vécues... Enfin un blog, quoi!

 Pour les petits curieux, je suis étudiante en anglais qui kiffe un peu trop ses consoles, son PC, les séries, les dessins animés et les mangas (anime (qui se dit animé, arrêtez de trop franciser le vocabulaire) et livres). Je kiffe les méchas, lire et étudier les mythologies, le Steampunk, Stephen King, le Fantastique, faire la fête et écrire si je suis un peu concentrée. Car mon imagination est aussi fertile qu'une lapine, alors j'ai du mal à rester concentrée sur un projet. Hé hé.

Bon, j'ai des articles à écrire, hein.